Facebook et impôt sur les sociétés en France

facebook impots

L’impôt sur les sociétés en France de Facebook pour l’année 2012 aurait dû atteindre 10 millions d’euros. Seulement, ce célèbre service de réseautage social s’est finalement acquitté de 191.000 euros. Comment a-t-il fait pour optimiser son imposition ?

Au cours de l’année 2011, le Greenwich Consulting a déjà effectué une étude sur les impôts sur les sociétés en France de Facebook. Au cours de cette étude, cette entité a confirmé que le réseau social aurait dû payer jusqu’à 21,2 millions d’euros et non 50.000 euros seulement. En 2012, le réseau social renouvelle encore cet exploit. En effet, il a réussi à diminuer jusqu’à 5 fois moins les taxes à payer.

Pour arriver à ce résultat, Facebook a joué sur l’une de ses filiales en Irlande. Cette filiale s’évite de vendre directement des publicités. Au contraire, elle préfère proposer des services relatifs au marketing en se basant sur un chiffre d’affaires de l’ordre de 7,6 millions d’euros. Profitant de son exemption d’impôt, cette filiale s’efforce de ne pas réaliser des bénéfices. Pour réussir, il lui devient indispensable de payer de redevances à une holding choisie en Irlande. Ainsi, ce holding prend progressivement le chiffre d’affaires du réseau social.

Il faut noter que ce même holding appartient à de nombreuses entités du même genre, dont Facebook Cayman Holdings Unlimited I. Le réseau social possède alors une liquidité de 699 euros d’euros en système outsourcing dans les Îles Caïmans. C’est justement grâce à ce procédé que Facebook réussit à diminuer ses impôts sur les sociétés. Même à l’étranger, le réseau social ne paie que 15 millions de dollars de taxe malgré un chiffre d’affaires assez conséquent de 2,5 milliards de dollars.

Articles similaires...