Le boom du financement participatif

financement participatif

Le crowdfunding est un mode de financement nouveau, simple, et propre aux sociétés du numérique. IL s’agit de faire appel à des particuliers pour financer un projet : film, album de musique, entreprise ou encore un jeux vidéo.

C’est alors un don, un prêt ou encore un investissement. L’idée n’est bien évidemment pas nouvelle et a déjà connu un succès retentissant dans le milieu de la musique et des jeux vidéo : de nombreux développeurs passent par des plateformes de crowdfunding pour pouvoir financer leurs projets qui vont du jeu vidéo indépendant à la création d’un album de musique solo ou en groupe, en passant par le développement d’une webTv gratuite dédiée au public. Le public qui finance le fait soit sous forme d’un investissement, soit reçoit des contreparties dans le cas d’un don. En France, les plateformes de crowdfunding (financement participatif) les plus connus sont MyMajorCompagny, Ulule ou encore KissKissBankBank.

Le marché du financement participatif prendrait une ampleur de 80 millions d’euros en 2013 selon le gouvernement, soit deux fois plus que l’année dernière. Mais les réglementations sont encore fragiles dans le cas de la France car datant des années avant Internet selon Fleur Pellerin, ministre déléguée au numérique. Pour encadrer au mieux ce nouveau marché, flirtant entre générosité, prise de conscience et initiative citoyenne, le gouvernement veut poser trois modifications juridiques :

Création d’un statut de conseiller en investissement participatif
Simplification des démarches pour les appels public à l’épargne : un document de quelques pages suffira pour présenter le projet et son modèle économique contre 500 pages aujourd’hui. Cela concerne les projets entre 100 000 et 300 000 euros.
Modification du statut des banques sur les prêts rémunérés : pour les projets de moins de 300 000 euros elles ne seront plus les seules à être en capacité de prêter de l’argent avec des intérêts.

Ces mesures ne sont pas encore fixes et sont encore ouvertes à la consultation. La réunion du 30 novembre à Bercy entre associations, PME, banques et start-up marque d’ailleurs un grand pas dans la consultation en ce sens. Dernier point important, un site internet serait lancé par BpiFrance pour compiler les différents projets de financement participatif ayant lieu sur les diverses plateformes. Une forme de financement qui a donc de l’avenir devant elle puisque appuyée par des acteurs responsables et concernés.

Articles similaires...